Mali-Ka

De ses ancètres Kouyaté, les griots [troubadours-historiens] du Mali,
elle garde précieusement la Voix.
De ses rencontres fraternelles avec Bob Marley
découle son projet de vie : Témoigner, Transmettre, Alerter.

      « De mère française et de père ivoirien [d'origine malienne], je grandis entre Abidjan et Nice, puis intègre la Sorbonne pour des études de Lettres.
Il y a mes premières scènes avec African Ladies [groupe fondé avec Patty N'Diaye, Estha Dobong'na, Princess Erika], et il y a "La" rencontre avec Bob Marley et les Wailers en France.
     Je décide, avec mon compagnon Félix, de passer quelques temps en Jamaïque invités par Bob le maître, Junior Marvin le grand frère, Carrot l'authentique (Third World), Judy Mowatt (I-Sister). Ce séjour est fait d'expériences, de partages extra-ordinaires : conscious reasonings (intraduisible!), spiritualité, écologie avant l'heure.
     Le dernier message de Bob Marley est "Know that Music is Power in cool runnings" [résumé des longues heures de reasoning].
Cette phrase seule constitue le fondement de mon choix professionnel : j'écrirai comme j'ai toujours écrit depuis mon enfance, mais j'abandonne l'idée de la voie journalistique pour développer l'outil Musique & Textes.
»

Mali-Ka & Félix fondent alors Wadadah, groupe reggae phare de Marseille de 83 à 89.
      Parallèlement à la création musicale, elle monte un atelier de stylisme de vètements afro-européens : Makeda Créations. Il s'agit de travail et de recherche sur le concept de métissage dans de nouvelles formes, une façon innovante de représenter la Femme. Défilés et collections de 85 à 90 à Marseille, Nice, Paris, Washington.
      C'est à Washington D.C et New York, pendant 2 ans, que Mali-Ka découvre la pratique du Bouddhisme [qui ne la quittera plus], l'expérience du chant Jazz et de se produire dans les clubs.

     Rentrant en France en 91, Mali-Ka s'engage aux côtés de l'Association Les Enfants de la Terre, travaille 3 ans durant d'arrache-pied avec Marie-Claire Noah dans les orphelinats de Roumanie, dans la création de maisons-tendresse pour les enfants en difficulté en France. Elle y rencontre Philippe, qui devient son mari et son manager.
       La maturation artistique fait son chemin : textes en français [avec quelques incursions en anglais, malinké], le son et les rhythmes deviennent le Reg'N'Blues !
Mali-Ka chante, écrit et compose désormais sous son nom.

      Mali-Ka enregistre : “Des racines & des Ailes” [1998] et “Musoko” [2002] en autoproduction avec J.H.L.A (structure créée par Philippe & Mali-Ka en soutien aux artistes en développement).       

      Autodidacte convaincue, Mali-Ka "re-cherche" depuis de nombreuses années dans le cadre de la formation continue : approfondissement de techniques vocales & recherche sur l'interprétation, apprentissage des méthodes Alexander et Feldenkreis avec :
Sara Lazarus, Armande Altaï, Agnès de Brunhoff, Lydie Callier, Marina Tomé, Ghislaine Lenoir, Véronique Lortal, Cathie Couronne. Et puis de la MAO, Guitare avec Eric Traissard, Didier Monge, percussions corporelles avec Marcelo Pretto, au Studio des Variétés, Musiques Tangentes, Harmoniques.

On lui demande souvent... alors elle transmet sa technique du Chant !
Parfois elle fait l’Aretha Franklin dans Lady Mama [Rhythm'N'Blues pur jus],
des Chants du monde avec les Voix'In, Voc'Al Dente.

        C'est ainsi qu'elle rencontre Nathy. La suite s'appelle La Vox Musoko !
Où les compétences se mettent non seulement au service de l'expression musicale, mais également et surtout outil à partager, instrument à toucher et rassembler les âmes !
Nouvel album éponyme “La Vox Musoko” [2008] en autoproduction avec J.H.L.A.

       On a pu entendre Mali-Ka en ouverture de J. Cliff, Kassav, J. Higelin, J. Clegg,
Enzo Enzo, H.F Thiefaine, Zap Mama, M. Jonasz,
en invitée de Manu Dibango à la Fête de l’Huma,
en choeurs à l’Urban Peace du Stade de France pour Kery James,
en studio pour des choeurs de Maurane dans "L'un pour l'Autre",
aux Festival de Soulac, de la Côte d'Opale, Swingin' Deauville, à l'Archeo Jazz Festival,
à l'Estival de St Germain en Laye, au Printemps de Bourges,
au Cavanna Festival [Roma, Napoli], Masala Festival [Hanover],
et encore dans les prisons, les hôpitaux ...